THEATRE

Qui vient sonner si tard

Auteur : René NOMMER

5 H/6F

Un DVD est disponible pour cette pièce sur demande.

Durée : 80mn

 

Casimir Pontieu, professeur, veut se présenter aux élections dans sa commune pour devenir maire. Il compte sur l’appui de son ami Oscar Demas, pour réussir cette opération. Il a pour principal adversaire le maire sortant, Ronald Chapot, bien décidé à se représenter, malgré sa femme la douce Irma,  et le docteur Annibal Pralogne outsider de dernière heure. Il compte créer une rumeur pour déstabiliser ses adversaires. Tous les moyens lui sont bons pour arriver à ses fins, avec l’aide de son ami Oscar. 

 

Pièce satyrique en 2 actes,  qui a été mis en scène pour la première fois par la troupe «  Les Z’Allumés «  de Rodemack

 qui l’ont joué une saison avec un grand succès.   

                            .

                        .

    Personnages :                       

Casimir Pontieu, machiavélique, sûr de lui.

Philomène Pontieu, snob et extravagante.

Sylvaine Pontieu, leur fille gentille.

Oscar Demas, l’ami rusé, mais un peu niais.

Ronald Chapot, bedonnant, s’accroche à son mandat.

Irma Chapot, douce, mais déterminée.

Désiré Chapot, leur fils, faux timide, il aime Sylvaine.

Annibal Pralogne, distant, fier et pédant.

Margot Pralogne, jalouse et moqueuse.

Confiance, la bonne, créole, gentille, spirituelle,

 et moqueuse.

Lulu Mirabel, dit les belles miches, gouailleuse,

effrontée, mais sympathique.

  

 

Décors : Un salon contemporain assez coquet, avec un bureau, une armoire, quelques chaises, tableaux modernes aux murs. Au deuxième acte, on rajoutera un divan.

Les mots soulignés dans le texte de Confiance, doivent être prononcés sans les r, pour un parler créole.

 

QUI VIENT SONNER SI TARD

 

ACTE 1

 

L’action commence dans l’appartement de Casimir. Casimir est assis derrière son bureau.

Il s’amuse avec un camion miniature à rouler de gauche à droite sur les dossiers.

Entrée subite de Philomène.

 

 Extrait  acte 1

 

Philomène - Si tu crois que c’est comme ça que tu vas gagner les élections ?

 

Casimir ( sans arrêter son manège) - Je me concentre à fond sur la stratégie à développer pour vaincre mes adversaires.

 

Philomène -  Tu comptes peut-être les écraser avec ton camion ?

 

Casimir -  C’est une solution, mais j’ai une meilleure idée.

Philomène -  Ah ! J’aimerais bien savoir laquelle ?

 

Casimir -  C’est encore secret, mais je crois que ça va marcher du tonnerre.

 

Philomène ( aguichante)- Tu peux le bien le dire à ta petite femme chérie !

Casimir –  Pour que tout le monde le sache demain, non merci !

 

Philomène - Je n’ai jamais dit à quelqu’un que tu t‘amusais comme un gosse avec un camion sur ton bureau.

Casimir -  J’ai besoin de ça pour ma concentration, tous les génies ont eu des marottes !

 

Philomène - Les génies sans bouillir oui !

 

Casimir - Tes arguties nuisent à ma concentration.

 

Philomène - Tes arguties quoi ?

Casimir - Ties, mais ce serait trop long à t’expliquer, j’attends mon ami Oscar Demas qui est un élément important de ma stratégie de conquête du pouvoir.

 

Philomène ( aigre douce) - Un ami ? Je me demande? Mais à lui tu vas tout dire et moi, bernique !

Casimir - Ca me fait penser que tu m’as tourné le dos cette nuit !

 

Philomène - Quand on rentre à 3 heures du matin, il ne faut pas s’attendre à un accueil délirant!

 

Casimir - La stratégie impose des sacrifices !

 

Philomène - N’empêche que tu n’as pas fait de sacrifices sur le whisky !

 

Casimir - Oh ! C’était du cognac, j’ai bu si peu !

 

Philomène - Que tu as oublié d’enlever ton pantalon et tes chaussettes !

 

Casimir - Assez ! J’ai autre chose à faire que de me disputer avec toi !

 

Philomène - Oui ! Jouer avec ton camion ! Pour gagner les élections! ( Il grimpe sur le bureau.)

 

Casimir - Veni, vidi, vinci ! Qui vivra verra. Ca t’épates mon latin hein ?( On sonne à la porte.)

 

Philomène  ( Les mains sur les hanches.) -  Mon pauvre Casimir, tu es bien atteint, mais descends vite, c’est sûrement ton général ! ( Elle sort, Casimir descend précipitamment de son bureau. Entrée d’Oscar. Casimir s’avance vers lui les mains tendues.)

 

Casimir - Ah ! Cher ami vous voilà enfin !

 

Oscar -  C’est toujours un plaisir de vous rendre visite !

 

Casimir - Prenez place ! Alors, quelles sont les nouvelles ?

 

Oscar -  A vrai dire, vos adversaires n’en mènent pas large !

Casimir - Ah ! Et pourquoi donc ?

 

Oscar - C’est qu’ils ne connaissent pas vos intentions et ça les dérangent !

 

Casimir - Très bien, très bien, ils sont dans le cirage !

 

Oscar - Ils vont sûrement envoyer des espions pour se renseigner.

 

Casimir - Ils n’ont qu’à venir, ils seront bien reçus !

 

Oscar - Méfiez-vous des femmes tout de même !

 

Casimir - La mienne, muette comme une tombe, d’autant plus que je ne lui ai rien dit !

 

Oscar - C’est la meilleure stratégie, bouche cousue.

 

 

 

 

Extrait acte  2 :

 

Confiance - Mamoiselle, vous pouvez pas entrer comme ça, il faut que je vous annonce !( Elle repousse Lulu dans l’entrée, qui proteste bruyamment.)

Lulu - Non mais ! Dites donc vous, en voilà des manières, je viens voir mon pote Casou, c’est pas toi qui va m’en empêcher !

Confiance - Je dois d’abord vous annoncer, c’est la pâatronne qui l’a dit, vote carte siou plaît ?

Lulu - Ma carte ! Non mais tu me prends pour qui ? Je suis pas de la haute moi, je suis Lulu les belles miches pour les initiés, et ça vaut le coup d’œil hein ? ( Elle se pavane en roulant des hanches.)

Confiance - Je comprends rien du tout, mais le boulot c’est le boulot (Elle recule d’un mètre et annonce.) Lulu les belles miches !

Lulu - Non mais ! Ma fille, faut te soigner, t’es dérangée du cerveau, d’abord il n’y a personne ici, pourquoi tu m’annonces ? Dis donc, c’est super ici, ça pue le pognon, le Casou est plein aux as, il m’avait caché ça le filou, lui qui rechigne toujours quand il s’agit d’aligner les biftons, il va m’entendre. Ca va lui coûter cher !

Confiance - Je comprends rien du tout mamoiselle !

Lulu - Ca fait rien ma petite, t’as une tête sympa, mais qu’est-ce que tu peux être nitouche, faut soigner ça à l’occasion, mais amènes moi donc chez Casou, il va être aux anges quand il me verra.

Confiance - Je vais prévenir la pâatronne.

Lulu - La patronne ? Ce ne sera pas nécessaire, c’est plutôt les messieurs qui m’intéressent !

Confiance - Je vais appeler Missié ( Elle sort.)

Lulu - C’est ça, va appeler Casou, ça va lui faire un choc, c’qu’il va être content de revoir sa Lulu !( Pendant qu’elle parle elle se refait le maquillage.) Il faut que je me refasse la façade si je dois séduire des minets. (Entrée de Sylvaine).

 

Vous faites partie d'une troupe de théâtre et vous voulez connaitre la fin de Qui vient sonner si tard. Vous pouvez m'envoyer un mail  et je vous envoie la pièce complète

René NOMMER